le vélo à Copenhague – émission RTS Vacarme

Utilisatrice depuis près de 3 ans d’un vélo électrique, j’ai redécouvert le plaisir de d’un moyen de transport facile, rapide et très pratique. Mon VTT (que j’ai donné) ne me permettait pas ni de faire mes courses ni de me rendre en ville ou à un rendez-vous sans être épuisée et toute transpirante. Je ne l’utilisais que pour les loisirs et n’avait pas l’entrainement nécessaire pour me permettre d’assurer dans les chemins pentus autour de chez moi.

J’ai été vite confrontée à la dure réalité du réseau de pistes cyclables de ma région. Soit elle finit en queue de poisson sur un trottoir ou un passage piéton, soit elle est utilisée comme parking par des camions en attente de déchargement, soit elle a des passages tellement risqués qu’il vaut mieux rester sur la route et il n’existe presque pas de pistes cyclables en site propre, avec tous les dangers que cela représente.

Donc quand j’ai entendu ce podcast, j’ai eu comme une révélation, OUI il est possible qu’une ville donne priorité aux vélos avec une délimitation physique entre les différents moyens de locomotion hauteurs différentes, site propre etc., OUI il est possible de créer les infrastructures nécessaires avec des budgets limités, et OUI 3x OUI, plus il y a de pistes cyclables disponibles, plus de personnes se mettent au vélo et non l’inverse comme je l’entends souvent.

Pour que cela fonctionne, quelques règles sont respectées, les piétons sont prioritaires à la sortie du bus, les cyclistes descendent du vélo pour passer sur les passages piétons et ils lèvent la main gauche avant de s’arrêter.

Dans ce reportage, l’adjoint du maire de Copenhague interviewé précise entre autres “si vous voulez une ville qui soutient ces habitants et agréable à vivre, construisez des infrastructures pour les êtres humains” ou “Copenhague était pauvre et n’avait de l’argent que pour construire des pistes cyclables”.

Comme je suis quelqu’un qui accorde beaucoup d’importance à ce que crée nos paroles et nos pensées, je préfère mettre l’accent sur l’immense capacité d’évolution du réseau de pistes cyclables de notre région en partageant ce reportage.

 

 

 

Partager la page

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *