Janvier 2021

A Nous,

Cela fait bientôt une année que nos vies ont été pour la plupart complètement chamboulées, et, même si dans un premier temps les mesures prises paraissaient raisonnables, au fur et à mesure des semaines et des mois écoulés, mon scepticisme a grandi et mon inconfort avec, tellement j’étais mal à l’aise de partager mon point de vue. 

Aujourd’hui mon besoin de cohérence m’incite et me pousse à partager avec vous le texte de François et Catherine Choffat. Cela aurait pu être un autre texte d’un autre médecin, scientifique, auteur, qu’importe, toutes ces personnes qui s’engagent actuellement à dénoncer la situation, reprennent les mêmes éléments, les mêmes conseils et relèvent les mêmes dérapages, certains avec plus de virulence que d’autres mais le message reste le même, à savoir les mesures prises ne sont pas proportionnelles aux risques et font plus de mal que de bien en tenant compte de l’impact humain, économique, social et psychologique.

Si cela vous parle et fais sens pour vous, partagez sur vos propres réseaux comme des liens qui tissés tous ensemble, nous donneront plus de voix.

Bien à Nous,

Nathalie

 

Bonjour Vous,

pour celles et ceux qui ne connaissent pas Catherine et François Choffat, vous trouverez beaucoup d’informations les concernant sur les moteurs de recherches.

Simplement vous dire que Catherine est biologiste de formation et François médecin généraliste-Homéopathe à la retraite. Ils ont créé le Centre de santé de La Corbière en Suisse, et sont maintenant des retraités très impliqués dans le devenir de notre monde-planète.

Tout de bon à vous

Chers amis

*La situation actuelle et les mesures dites sanitaires vis à vis du coronavirus nous apparaissent de plus en plus comme le résultat d’une énorme manipulation qui est en train de saper les bases de notre société.

Sommes-nous devenus parano ou complètement zinzins ? Effarés en tous cas par l’ampleur des stratégies mises en œuvre pour endormir notre esprit critique.*

*Il existe des mesures préventives et curatives qui ne sont jamais mentionnées, parmi elles un médicament, l’ivermectine qui pourrait juguler

la pandémie en quelques semaines. On n’en tient pas compte. Nos amis médecins l’utilisent avec succès. On nous fait croire que le seul salut viendra du vaccin miracle en nous cachant évidemment ses risques potentiels.*

*Nous lançons une tentative comme une bouteille à la mer. Nous vous proposons de faire suivre à Monsieur Berset la lettre que vous trouverez en annexe. Libre à vous de la modifier ou de l’envoyer telle qu’elle.

N’oubliez pas de la signer. Et de la diffuser le plus largement possible.

Merci !*

Quelques explications :

Il y a une année qui aurait pu imaginer que les gens allaient se méfier d’un rhume de cerveau comme de la peste, circuleraient en ville affublés d’un masque et n’oseraient pas entrer dans un magasin sans se désinfecter les mains ? accepteraient de ne pas rendre visite à de la parenté hospitalisée ni à des aînés en institution ? Trouveraient normal que les activités culturelles, sportives, touristiques soient toutes supprimées ? que les petits enfants n’aient plus le droit de chanter à l’école, etc…

Oui les amis, sous le régime de la peur on nous fait marcher sur la tête et nous ne nous en rendons plus compte… La situation est grave et nous vous incitons à réagir avec nous.

Certes le corona virus a fait des victimes, a généré beaucoup de souffrances, de deuils. On ne va pas le nier. Cependant le nombre de décès annuels reste dans les normes – même si chaque décès reste un drame pour l’entourage. Par contre, jamais on n’avait testé autant de personnes pour le corona- virus et les statistiques de tests positifs ne peuvent être comparées à rien de connu. Elles nous induisent en erreur et alimentent une peur malsaine qui nous incite à la méfiance vis à vis de notre prochain et nous fait accepter des mesures politiques qui vont laisser des traces terribles dans la société : chômage, faillites, divorces, maltraitances, dépressions, suicides, etc. Pendant ce temps la détérioration du climat continue de s’aggraver, on ne s’en occupe plus, et pourtant c’est une menace pour notre survie bien plus terrible qu’un virus.

Le corona virus n’est pas mortel chez un individu normalement sain. Il peut donner lieu à une sorte de grippe même violente mais ce n’est que chez un organisme affaibli voire déjà malade ou âgé qu’il devient parfois fatal (âge moyen des décès 85 ans) Comme n’importe quelle grippe. Actuellement les statistiques de décès attribuent la vedette au corona et curieusement il n’y a pratiquement plus de décès suite à la grippe saisonnière…

Les traitements du corona existent, le geste primordial est de ne pas supprimer la fièvre artificiellement, c’est notre meilleure défense contre les microbes. Des vitamines (C, D), du zinc en complément alimentaire permettent de renforcer le système immunitaire, une alimentation saine et surtout des activités de détente pour éloigner la peur et l’anxiété.

L ‘homéopathie a des solutions à proposer qui doivent être adaptées à chaque malade, mais penser à Aconit aux premiers symptômes fébriles. La guérison est tout à fait possible à titre individuel.

En allopathie, les medias ont largement décrié le traitement à l’hydroxychloroquine. Il est pourtant efficace en début d’affection si associé à un antibiotique mais ne convient plus en cas de forte aggravation. Contrairement à ce qui a été dit, il entraine très peu d’effets secondaires néfastes. Il est largement utilisé dans le monde entier depuis plus de 70 ans dans la lutte contre la malaria.

Si on raisonne en terme de santé publique, en prenant du recul par rapport aux situations individuelles et en se demandant comment libérer la société de cette pandémie, il est très intéressant de se pencher sur un médicament utilisé depuis des décennies pour traiter la gale et certaines maladies parasitaires. Il s’agit de l’ivermectine, un puissant antiviral et curieusement très efficace contre le corona virus ! Des nombreuses études faites sur des milliers de cas traités font apparaître des résultats étonnants qui inspirent confiance. Car non seulement une petite prise suffit à vaincre la maladie en quelques jours, mais encore une prise à intervalle régulier à titre préventif permet d’assurer l’immunité. A tel point que certains spécialistes y voient la possibilité de juguler rapidement la pandémie. En Inde, par exemple, le gouvernement met à disposition des gens un set contenant l’ivermectine, un antibiotique et du zinc pour la somme de 2 euros la trousse.

En Suisse, on trouve l’ivermectine (sur ordonnance) sous forme de comprimés qui se vendent à la pièce (3.50 la gélule de 3mg) Ils sont préparés par la pharmacie Golaz à Lausanne.

On comprendra facilement que la généralisation d’un tel médicament, tant en curatif qu’en préventif, serait un coup fatal pour la vaccination. Les pharmas vont donc tout faire pour le dénigrer. Car n’oublions pas les immenses enjeux financiers …

Quant au dit « vaccin », vous savez certainement qu’il s’agit d’un produit

expérimental issu du génie génétique qui ne bénéficie d’aucun recul. Il est

le résultat d’une course hallucinante pour des gains astronomiques, il est mis sur le marché sans aucune des garanties habituelles et de plus, cerise sur le gâteau, il ne supprimera pas les fameux gestes barrières. On ne sait d’ailleurs pas si l’immunité qu’il confère va s’étendre à plus de quelques mois… ni s’il saura s’opposer aux variantes inévitables de ce virus fantaisiste! Donc à éviter à tout prix ! Mais gageons qu’on va voir venir des réglementations professionnelles par exemple qui vont peut-être contrarier notre liberté de choix. Il faudra trouver des parades…

Après ce long discours qui vous éclairera sur les raisons de notre démarche, prenez un moment pour lire le courrier en attaché et si vous adhérez à cette demande, merci de la signer et de l’envoyer à Monsieur Berset.

info@gs-edi.admin.ch

 

Puis de faire connaître cette action le plus largement possible à l’aide de votre fichier, accompagnée de vos commentaires ou de ce mail explicatif.

Nous voulons y croire de toutes nos forces indépendamment de son côté naïf.

Que cela n’empêche pas d’autres initiatives. Mettons notre imagination au service d’un retour à la normale. Il en va de l’avenir de notre société.

*« Plus le mensonge est gros, mieux il passe » (Goebels)*

Merci de votre attention ! Avec nos pensées positives !

François et Catherine Choffat

*Pour ceux qui veulent creuser le sujet, d’autres informations sur les

sites: *

https://www.aimsib.org/2021/01/03/covid-19-un-simple-changement-de-methode-et-cest-fini/

https://blog.gerardmaudrux.lequotidiendumedecin.fr/2020/12/10/le-traitement-du-covi-19-existe-2-ivermectine-efficace-a-100/

https://criigen.org/covid-19-les-technologies-vaccinales-a-la-loupe-video/

Lettre ouverte à Monsieur Alain Berset

Conseiller fédéral, info@gs-edi.admin.ch

Cher Monsieur Berset,

Certainement n’êtes-vous ni sourd ni aveugle, comme tout être humain et pourtant…

Certainement n’êtes-vous pas infaillible, comme tout être humain, et pourtant…

Certainement n’êtes-vous ni malhonnête ni vénal, comme tout bon citoyen, et pourtant …

Au printemps dernier nous avons été nombreux à admirer votre humilité face à une situation exceptionnelle, à apprécier à votre retenue et votre sang froid face à des pressions qui ont dû être importantes,

Nous sommes nombreux à vous avoir fait confiance.

Le temps passe, les choses évoluent et de multiples interrogations circulent parmi vos concitoyens.

Au delà de l’agacement face à des mesures restrictives qui nous pénalisent tous, vous comme nous, entendez-vous

la grogne car nous en avons marre de cette situation : elle détruit le meilleur de notre société, elle jugule l’avenir des jeunes, elle pénalise les plus faibles et enrichit les plus gros, elle stigmatise les aînés, etc… Et surtout elle n’a que peu d’incidence sur la mortalité qui reste malgré tout dans les normes,

le ras le bol de plus en plus manifeste face à la surcharge de nouvelles négatives basées sur des statistiques contestables, au détriment de tout encouragement à améliorer l’immunité naturelle par des moyens simples et efficaces : vit C et D, zinc, activités physiques, alimentation saine, etc. et surtout à reprendre une vie normale sans peur. Il est prouvé que ces quelques  mesures entrainent une diminution notable de la gravité de la maladie.

les multiples réticences au sujet du « vaccin » mis sur le marché en catastrophe et à grand renfort de publicité. Produit totalement innovant, ses effets secondaires sont encore mal connus. Des scientifiques mondialement reconnus tirent la sonnette d’alarme. Sans oublier que cette opération ne supprime pas la contagion donc maintient les contraintes sanitaires actuelles, et de plus elle coûte affreusement cher…

les succès consécutifs à l’emploi de médicaments efficaces autant en cas de maladie déclarée qu’à titre de prévention, comme par exemple l’ivermectine qui est actuellement utilisé à l’échelle mondiale avec des résultats étonnants. Traitement court et bien supporté, bon marché car hors brevet. Il en existe d’autres.

les doutes de plus en plus insistants sur le rôle du lobby pharmaceutique qui pourrait phagocyter notre démocratie. N’y a-t-il aucun conflit d’intérêt chez les médecins qui vous conseillent ?

Et cette question douloureuse: qui détient réellement le pouvoir dans notre pays ?

En croyant bien faire, certainement en toute bonne foi, vous avez suivi le chemin tracé par la vision unilatérale du monde médical officiel, sans contestation possible, voté des budgets sans compter pour garantir notre « droit à la santé » inscrit dans la Constitution. Mais toutes les options ont-elles été éclairées par des études objectives et réadaptées à une situation en constante évolution ? Nous aimerions être rassurés.

En effet, quand aujourd’hui on découvre l’ampleur de dégâts en terme de société, de souffrances et de décès et que parallèlement on apprend que dans d’autres continents (Asie, Afrique, Amérique du sud) les statistiques sont nettement moins graves que dans nos contrées, que penser ?

Quand de plus il est prouvé que la simple administration de l’Ivermectine, par exemple, permet d’éviter la contagion de manière plus sûre que le « vaccin » et à des frais tellement moindres que cela devient indécent face aux sommes actuellement engagées, que penser ?

Oui, au vu de toutes ces considérations, nous nous demandons, naïvement peut-être, comment vous pouvez assumer ces choix et leurs terribles conséquences? Il est temps de regagner notre confiance en réexaminant à tête reposée, et avec vos collègues du Conseil fédéral, une situation qui s’est complètement emballée et nous mène droit dans le mur. Désormais, plus personne ne pourra dire « on ne le savait pas ».

Monsieur Berset, merci de nous entendre !

Partager la page